The War of Art Steven Pressfield

Il nous arrive parfois de lire un livre pile au moment où l’on en a besoin.

C’était le cas avec celui-ci.

Dans un article récent, je parlais des questions et des doutes qui me submergent quand j’écris.

Dans “The War of Art“, c’est précisément de cela qu’il s’agit.

L’auteur, Steven Pressfield, est un scénariste américain reconnu et un écrivain qui compte une dizaine de livres à son actif.

Il utilise son expérience personnelle pour parler de ce qu’il appelle “la Résistance” : tous les blocages internes qui nous empêchent de nous lancer (spécifiquement dans le cadre d’activités créatives).

La Résistance désigne tous les moyens que notre cerveau utilise contre nous pour nous détourner de notre travail et de notre vocation créative. Elle se manifeste sous de nombreuses formes, plus vicieuses les unes que les autres :

  • La flemme
  • La procrastination
  • La recherche de gratifications et de plaisirs instantanées
  • La peur du regard des autres
  • Les doutes internes sur la qualité de notre travail
  • Notre ego

Quand on écrit, la partie difficile n’est pas celle qui consiste à mettre les mots sur la feuille.

Le plus difficile est de s’asseoir à son bureau, d’engager la mécanique créative et de commencer à écrire. C’est ici que la résistance concentre son action sur nous.

Dans la première partie du livre, Pressfield prend ainsi le temps de définir la Résistance et ses différentes manifestations.

Il explique ensuite comment la surmonter : il faut devenir un pro.

Il faut traiter son art et son activité créative de manière professionnelle, rigoureuse et régulière. Ne pas la voir uniquement comme un hobby ou un passe-temps. Ne pas se chercher d’excuses.

S’engager à créer tous les jours, quoi qu’il arrive. Se créer un cadre de travail sain et structuré. Rester focalisé uniquement sur le long terme.

J’ai vraiment adoré ce livre. Il fait écho à beaucoup de questions que je me pose en ce moment et me conforte dans ma détermination à écrire quotidiennement. 

Je vous mets ici quelques situations que j’ai surlignées pendant la lecture :

“Resistance will unfailingly point to true North – meaning that calling or action it most wants to stop us from doing. We can use this. We can use it as a compass. We can navigate by Resistance, letting it guide us to that calling or action that we must follow before all others”.

Si on a peur de quelque chose, il y a de fortes chances pour que ce soit précisément la chose à faire.

“We’re wrong if we think we’re the only ones struggling with Resistance. Everyone who has a body experiences Resistance”.

Je ne suis pas tout seul. Vous non plus.

“I write only when inspiration strikes. Fortunately, it strikes every morning at nine o’clock sharp”.

Merci.


Le reste de mes lectures :

1- Hedge – Nicolas Colin
2- Biographie de Michel de Montaigne – Stefan Zweig
3- Le Comte de Monte-Cristo – Alexandre Dumas
4- Living and Dying on the Internet – Alex Day
5- Doctom Secrets – Russel Brunson

6- Le joueur d’échecs – Stefan Zweig