Il m’arrive souvent de recevoir ce type de messages : “Je suis jeune, j’ai envie d’être actif et de m’épanouir professionnellement. L’entrepreneuriat m’attire. Par où commencer ?”

Généralement, j’improvise une réponse du genre : “fais-des choses”, “n’attends pas la permission” ou “soit actif et lance des projets”.

Je me revois, il y a 4 ans, approchant la fin de mon cursus en école de commerce. Je me posais cette même question. 

J’étais terrifié à l’idée de suivre une voie traditionnelle et de me réveiller à 40 ans, le sentiment d’avoir perdu mon temps. Pour autant, je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire. L’entrepreneuriat m’attirait ; j’aimais créer des choses. J’avais envie de me dépasser, mais cet univers semblait tellement vaste. Presque hors de portée. Par où commencer ?

C’est à ce moment que j’ai commencé à lire.

Personne ne m’obligeait à le faire, j’en avais envie. Et il se produit quelque chose de magique lorsqu’on ne lit pas un livre par nécessité, mais par envie. On s’embarque sur le chemin de l’apprentissage. 

On entre dans une quête de progrès. On fait un effort conscient de remise en question. Parfois inconfortable. Mais toujours riche et passionnant. 

Le premier livre que j’ai saisi m’a fait mettre le doigt dans un engrenage sans fin. L’habitude de lecture que j’ai adoptée depuis est devenue le socle de ma vie.

Je n’avais aucune idée de ce que je voulais apprendre en particulier. J’avais juste de me cultiver et d’augmenter mon stock de connaissances. Faire de chaque jour une opportunité d’apprendre de nouvelles choses.

Je me disais : “Prends un livre. Découvre un univers différent. Ouvre-toi à de nouvelles idées.

C’est à ce moment que j’ai découvert les livres de non-fiction. J’y ai trouvé des textes qui poussent à l’introspection, à l’humilité et à la remise en question. 

Les livres m’ont permis de rencontrer de nouvelles personnes et d’élargir mon réseau. 

Dans la réalité, on se fait des amis en fonction de notre lieu géographique. Sur Internet, on peut se créer un cercle d’amis en fonction d’intérêts communs. Et les livres sont des super-connecteurs.

Est-ce qu’il y a un seul livre précis que je recommande ?

Pas forcément. Je ne sais pas s’il y a eu un livre fondamental dans mon parcours ou mes réflexions.

Je retiens plutôt la démarche globale d’apprentissage et d’ouverture.

J’ai appris à développer un avis plus nuancé sur les choses. À voir le monde selon plusieurs angles de vue. À prendre du recul sur mes pensées.

Dans un monde qui nous bombarde d’informations et de nouveaux formats de contenus, la lecture est un super-pouvoir. Cela permet de sortir de la frénésie quotidienne et de câbler notre cerveau pour le temps long. Cela permet d’éviter la solution facile des jugements hâtifs, pour favoriser le développement d’une pensée nuancée et complexe.

Depuis ma première lecture jusqu’à aujourd’hui, rien n’a changé. À chaque nouveau livre que j’entame, à chaque flânerie que j’effectue dans une librairie, le même univers des possibles s’ouvre.

Les innombrables biographies, livres business, d’histoire, de développement personnel et de productivité m’ont enseigné une idée importante : les portes s’ouvrent à ceux qui restent des étudiants toute leur vie.

Avec mon ami Jean-Charles Kurdali, nous venons de lancer une nouvelle newsletter pour partager nos meilleures recommandations de livres non-fiction. Nous partageons un nouveau livre, toutes les deux semaines. 

Rendez-vous sur cette page pour recevoir nos meilleures recommandations de lectures non-fiction. Si vous avez soif d’apprendre, elles vont vous plaire.