Martin Eden Jack London résumé

J’avais déjà entendu parler de “Martin Eden” par Jack London à plusieurs reprises (c’est notamment le titre d’une chanson de Nekfeu).

Je suis tombé dessus par hasard à la librairie, j’ai lu la 4ème de couverture et j’ai eu envie de l’acheter.

Je m’apprête à raconter l’intrigue, dans cet article. Si vous ne souhaitez pas être spoilé, voici ce que j’en ai pensé rapidement.

J’ai adoré.

Aussi bien le style d’écriture, que l’intrigue.

Jack London raconte l’histoire du jeune Martin Eden à l’ambition dévorante, qui rêve de s’élever intellectuellement grâce aux livres à et l’écriture. J’y ai trouvé un écho avec ce que j’essaie – modestement – de faire à mon échelle.

Dans l’émergence de la carrière artistique de Martin, London parvient à mêler brillamment les enjeux sociaux, économiques et philosophiques. La conclusion est saisissante, et semble en dire long sur ce qu’est réellement la vie d’artiste. 

Voilà pour mes impressions.


Martin Eden est jeune marin qui vient des quartiers pauvres d’Oakland, aux Etats-Unis.

Il a reçu une éducation des plus sommaires et gagne modestement sa vie en travaillant sur des bateaux qui partent faire des expéditions en mer.

Un jour, il tombe amoureux d’une bourgeoise, Ruth, qu’il rencontre.

Des gouffres économiques, sociaux et surtout intellectuels séparent Martin et Ruth. Il en est conscient.

Il se met alors en tête de s’élever à son niveau et de tout faire pour la séduire. Il apprend les bonnes manières, lit de manière compulsive et tombe petit à petit dans la fièvre de l’écriture.

Ruth n’est pas insensible à Martin. Elle est attirée par son côté aventurier et la force dont il dispose, qu’elle ne retrouve pas chez les autres jeunes hommes bourgeois qu’elle côtoie.

Elle tombe, elle aussi, amoureuse de lui et ils finissent par se mettre ensemble. Mais les parents de Ruth désapprouvent leur union. Ils ne peuvent pas supporter l’idée que leur fille sorte avec un pauvre, qui vient d’une classe sociale inférieure. 

De son côté, Martin s’est convaincu de vouloir devenir un écrivain. Il pense pouvoir en vivre et mieux gagner sa vie qu’avec n’importe quel autre un boulot traditionnel.

Mais la route est semée d’embuches. Il passe plusieurs années sans gagner le moindre centime. Il écrit jour et nuit… pour rien. Ruth s’impatience et Martin s’enfonce un peu plus chaque jour dans la misère. Jusqu’au jour où elle finit par le quitter. 

Martin se retrouve seul. Pendant ce temps, les livres l’ont profondément transformé. Il se rend compte que même les bourgeois, qu’il pensait auparavant intellectuellement supérieurs, sont en réalité superficiels et vides d’intérêt. Il s’est élevé au dessus de tout le monde.

Il pense avoir touché le fond… au moment où sa carrière d’écrivain explose. Il vend des milliers de livres à travers le monde et devient riche. 

Mais Martin n’a plus le goût de rien : il ne prend plus aucun plaisir à vivre et son ascension en tant qu’artiste l’a coupé du monde.

Il finit par se suicider.


Le reste de mes lectures :

1- Hedge – Nicolas Colin
2- Biographie de Michel de Montaigne – Stefan Zweig
3- Le Comte de Monte-Cristo – Alexandre Dumas
4- Living and Dying on the Internet – Alex Day
5- Doctom Secrets – Russel Brunson

6- Le joueur d’échecs – Stefan Zweig
7- The War of Art – Steven Pressfield