Le Comte de Monte-Cristo Alexandre Dumas

Le Comte de Monte-Cristo trainait sur mon étagère depuis 6 mois.

Il y a deux semaines, pendant mes vacances, je me suis motivé à entamer sa lecture.

Et je suis enfin venu à bout des 800 pages de ce classique de la littérature française.

Sauf qu’en le finissant, je me suis rendu compte que ce n’était que le Tome 1. Et qu’un deuxième, tout aussi gros m’attendait.

Je garde celui-ci pour plus tard.

Je me souviens précisément de la raison pour laquelle je l’avais acheté : Ryan Holiday en parlait comme une des grandes inspirations qu’il l’a aidé à écrire son dernier livre “Conspiracy – Peter Thiel, Hulk Hogan, Gawker, and the Anatomy of Intrigue“.

(Avant de continuer, je préfère vous prévenir que je vais spoiler l’intrigue du livre)


Dans ce chef-d’oeuvre, Alexandre Dumas commence par raconter la vie d’un homme banal, Edmond Dantès.

La vie semble sourire au jeune Edmond.

Le Capitaine du bateau sur lequel il est marin vient tout juste de mourir. De retour après 3 mois d’expédition, il apprend qu’il est le favori pour la succession. Autre événement heureux , il s’apprête à se marier avec une belle fille de son quartier.

Mais la réussite et le bonheur d’Edmond Dantès attisent les convoitises.

Un des autres marins est jaloux de sa promotion sur le bateau, et un habitant de son quartier jaloux de sa future femme.

Ils décident alors de le dénoncer à la police comme étant un Bonarpatiste. Nous sommes en 1815, Napoléon est enfermé à l’Ile d’Elbe et être accusé de la sorte est un crime contre le Roi. 

Bien que cette accusation soit fausse, Dantès est arrêté.

Par un concours de circonstance, il se trouve que le substitut du procureur qui doit le juger, aggrave volontairement son cas.

Le pauvre Edmond Dantès est envoyé en prison au Chateau d’If, à Marseille, sans savoir ce qu’on lui reproche et de quoi il est accusé.

Les années passent et rien n’y fait. Il reste enfermé.

Au bout d’une dizaine d’années, il se résigne à la mort.

Sauf qu’il fait une rencontre, celle d’un savant italien qui prétend connaître l’emplacement d’un immense trésor.

Toujours en prison, Dantès passe 2 ans auprès du savant et celui-ci lui apprend tout ce qu’il sait : l’histoire, les langues, les sciences, la chimie, etc. Il finit même par démêler la machination qui a mis l’innocent Dantès en prison. Ce dernier comprend enfin qu’il a été la victime d’un complot et que son sort n’a rien du hasard. 

Le savant italien meurt et Dantès finit par s’échapper de prison, 14 ans après son arrestation.

À sa sortie, Dantès revient à la vie et met la main sur le trésor dont lui avait parlé le savant. C’était une fortune colossale, cachée sur l’île de Monte Cristo.

Dans la suite du roman, Dumas raconte magistralement la transformation d’un homme, livré à l’injustice, qui s’apprête à se venger de ses bourreaux.

Mais pas n’importe comment. Dantès ne veut pas se venger de manière brutale et sanguinaire.

Il prépare sa vengeance de manière méthodique. Il ne veut pas seulement tuer. Il veut faire souffrir autant que lui a souffert. 

Il prend son temps et étudie soigneusement ses futures victimes. Il se fait amis avec elles, celles-ci ne le reconnaissant pas après tout ce temps et le pensant mort. 

Le reste est raconté dans le Tome 2… que je n’ai pas encore lu.

Ce livre sort du cadre habituel des mes lectures (je lis peu de fictions), mais je ne regrette pas. Au contraire, j’ai beaucoup apprécié. 

Le reste de mes lectures :

1- “Hedge” de Nicolas Colin
2- Biographie de Michel de Montaigne – Stefan Zweig