Les réseaux sociaux nous ont fait rentrer dans une course à la comparaison permanente.

Qui vit la meilleure vie ? Qui en montre le plus ? Qui va dans les meilleures destinations de vacances ? Qui mange dans les meilleurs restaurants ? Qui possède le meilleur physique ? Qui gagne le plus d’argent ?

On se jauge sans arrêt.

On se met à envier les autres. On devient jaloux.

“- Si seulement je pouvais avoir son niveau de succès, je serai heureux.”

Cela nous rend anxieux. On veut pouvoir pour suivre le rythme et avoir la même vie.

Mais cela n’apporte rien de bon.

Les dés de la comparaison sont pipés contre nous. Nous n’avons aucune chance de gagner à ce jeu.

On compare notre intérieur, à l’image extérieure que les autres renvoient.

Mais personne ne parle pas des doutes et des peurs. Ni des nuits blanches et des galères.

On ne se montre que les highlights et les meilleurs moments de nos journées. Les 15 secondes qui rendraient n’importe qui envieux.

Surtout, il existe une infinité de points de comparaison possibles entre deux personnes. On trouvera toujours le moyen d’être insatisfait et jaloux.

Résistons à cette tendance naturelle et ne rentrons pas dans ce jeu.

Nous avons tous des standards, des qualités et des aspirations propres. Certaines personnes souhaitent amasser des millions de followers et être célèbre. D’autres préfèrent rester dans l’ombre, avec un petit groupe de fans et ne pas se mettre dans la lumière.

C’est très bien comme cela.

Écoutons nos aspirations et ne nous occupons pas des autres.

Soyons tellement occupé par nos propres projets et notre expédition, au point de ne pas avoir le temps de nous soucier de ce que font les autres.

Concentrons-nous à faire le meilleur job possible. C’est tout ce qui compte.

“Comparison is the thief of joy.”

— Theodore Roosevelt



Cet article fait partie du nouveau livre que je suis en train d’écrire en public. Laissez moi votre email pour ne rien manquer et découvrez les détails du projet sur cette page.