Pour Arthur Schopenhauer, il existe deux types d’auteurs : ceux qui écrivent parce qu’ils ont quelque chose à raconter et ceux qui écrivent pour le fait d’écrire. 

La première catégorie a vécu certaines expériences ou développé des pensées qui lui semblent importantes à partager. La deuxième est davantage intéressée par l’argent et se sert de l’écriture pour en gagner. 

Pour Schopenhauer, seule la première catégorie est digne d’intérêt. L’écriture ne doit pas être une fin. Ce n’est qu’un moyen pour raconter une histoire, véhiculer une pensée ou impacter le monde autour de soi. Les meilleurs livres, ne sont pas le fruit d’auteurs qui étaient irréprochables sur la grammaire ou l’orthographe. Ils n’ont pas été écrits par des techniciens du mot, qui parviennent à créer des structures de phrase parfaites. Ni par ceux qui ont bien assimilé la technique du “voyage du héros” de Joseph Campbell.

Ils ont été écrits par des personnes qui ont vécu des expériences singulières. Qui ont passé leur vie à développer un point de vue original sur une question. Qui ont élaboré une théorie complexe, l’ont testée dans la réalité et en font le compte rendu sous forme de livre. Ils ont été écrits par des personnes qui ont expérimenté des choses qui les rendent crédibles pour en parler.

Pour Schopenhauer, “avoir quelque chose à dire, est pratiquement une condition suffisante pour un bon style d’écriture”.

Je me rends compte que c’est une constante qui revient chez de nombreux auteurs à succès. Ils ont expérimenté des choses hors du commun, qu’ils ont utilisées comme matériel pour leurs histoires :

  • Hemingway a été un soldat, un correspondant de guerre, un espion, un pêcheur, un adepte de la chasse et même un matador. Il a failli mourir lors d’un crash d’avion pendant l’un de ses safaris en Afrique. Il était présent sur les plages du débarquement, en Normandie, aux côtés de la Première division d’infanterie américaine, le 5 juin 1944
  • Les deux parents Tolkien sont mort quand il était très jeune. Il est parti se battre dans les tranchées de la Somme, pendant la Première Guerre mondiale
  • Romain Gary était un aviateur, militaire, résistant, diplomate. Il combat pour l’Armée Française libre pendant la Deuxième Guerre mondiale. 

Cela ne s’applique pas uniquement à la fiction :

  • Avant de le raconter et de le théoriser dans son livre, Tim Ferriss a réellement expérimenté le mode de vie de la semaine de 4 heures
  • Ryan Holiday était le directeur marketing d’American Apparel, l’une des plus grosses marques de vêtements de l’époque, à l’âge de 21 ans. Sans cette expérience, il n’aurait jamais écrit son premier livre, “Trust my I’m lying”.

 

C’est valable dans toutes les disciplines.

Il y a ceux qui créent une entreprise parce qu’ils ont envie de trouver une solution à un problème et il y a ceux qui le font parce que c’est “cool”, “bien vu” ou qu’ils espèrent gagner de l’argent.

Il y a ceux qui réalisent des films pour véhiculer un message et ceux qui le font pour devenir célèbre.

Bien sûr qu’il faut s’entraîner, développer nos compétences et maîtriser les bases techniques de notre discipline. Mais n’oublions pas que ce n’est pas suffisant.

Le fond est tout aussi important. Nous avons besoin de faire des choses. De mener des expérimentations. De développer une perspective unique. D’adopter un point de vue digne d’intérêt.

Ensuite, le reste n’est qu’un moyen pour véhiculer ces expériences : entreprise, écriture, musique, réalisation, art, etc. Le médium est propre à chacun.

On ne peut pas juste s’asseoir à son bureau, lire les classiques et “faire de la philosophie”. Il faut vivre des choses et avoir des expériences qui nous mettent à l’épreuve. C’est seulement ensuite qu’on peut observer les événements au travers du filtre de la philosophie et y trouver une réelle signification.

Il existe une infinité de manières d’avoir des choses à raconter. Tout peut être utile et nous servir de matériel. Planter une boîte. Planter 10 boîtes. Partir seul en tour du monde. Publier une vidéo par jour pendant 3 ans. Partir à la guerre. Courir les ultra-trails les plus dangereux. Développer un projet qui cartonne au-delà des attentes. Devenir le meilleur joueur du monde à World of Warcraft. Adopter un style de vie différent.

Créer une entreprise ou publier du contenu en ligne est devenu accessible à tout le monde. Il est possible de se passer des maisons de disque, des éditeurs et des studios de production pour se faire publier. Ce ne sont plus les intermédiaires que l’on doit convaincre avec notre travail. Des millions d’heures de contenu sont téléchargées sur Youtube, de livres sont publiés et de musiques sont mises en ligne, chaque jour.

Le challenge est d’intéresser les gens. D’être crédible et d’avoir des choses à raconter pour qu’ils y portent attention.

Expérimenter des choses différentes. Faire ce que les autres ne font pas. C’est un besoin que je ressens de plus en plus.

 

Ne manquez aucun article !Écriture, Marketing & Créativité